Multikulti monde

« Multikulti » désigne le très courant diminutif allemand de « multikulturell ». Il vise à présenter ici opinions ou anecdotes sur des questions (de croisement) d’identités, de langues ou de cultures, et à promouvoir l’acquisition de compétences interculturelles

Depuis que j’ai quitté le Liban en 1976 pour m’installer en France, que de fois m’a-t-on demandé (…) si je me sentais « plutôt français » ou « plutôt libanais ». Je réponds invariablement : « L’un et l’autre ! » (…) Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est précisément cela qui définit mon identité.

Amin Maalouf, « Les identités meurtrières »

Derniers articles

Essor d’une compétence interculturelle : mes 3 leçons africaines

Le terme « interculturel » englobe tout ce qui se joue dans la rencontre, le passage entre différentes cultures : il renvoie à la diversité des nations, mais aussi à celle des groupes sociaux au sein d’un même pays. Voici un retour d’expérience de 3 moments fondateurs dans la rencontre d’une Européenne avec l’Afrique. Qu’il s’agisse de magie noire enfantine à Kinshasa, de sobriété corporelle au Sénégal ou d’un stéréotype réflexe à Hambourg

Flash Maghreb à Hambourg : ces voix de la France qui me manque(nt)

Au cours de mes 3 ans de séjour dans la cosmopolite Hambourg, sous l’emprise d’un conflit franco-germanique, voilà que mon cerveau épuisé me met face à une drôle de sensation. Petit récit d’une émotion fugace et de la conscience de nos identités multiples

Melting-compote de langues, en Patagonie ou ailleurs

Vous pensez qu’être polyglotte est une chance dans la vie ? Hélas… L’ouverture aux autres ne se réduisant pas au plurilinguisme, nous avons au contraire tout à envier des monolingues, autorisés à recourir au seul non-verbal en contexte international. Ignorant ainsi les foulures au cerveau, quand les langues s’emmêlent. Ce qui laisse après-coup quelques anecdotes cocasses à raconter

L’étranger qui « mérite » désigne l’inutile

POSITIVR se félicitait de la récente régularisation « bien méritée » de Lydia Veyrat : Béninoise veuve d’un Français, aide-soignante en 2020 dans un Ehpad et sommée de quitter la France. Coup d’œil sur un langage d’apparence anodine, reflétant une discrimination insidieuse