Si tu n’as pas de smartphone, tu as raté ta vie d’écologiste

Photo de n.bhupinder sous licence CC BY 2.0

Face à l’urgence écologique, les campagnes de sensibilisation #MaintenantOuJamais ou #ILFAUTQUONPARLE ont imposé Windows, Apple ou les applications WhatsApp ou Make Noise pour y participer. Excluant les personnes au bilan carbone exemplaire, n’utilisant qu’un ordinateur fonctionnant sur distribution libre


Je n’ai jamais acheté de smartphone. Le nez au vent et réfractaire à l’écran, j’en ai ceci dit récupéré 1 ou 2 relégués au rang d’antiquité, pour la prise et la gestion de photos. Quant à mon iPad acheté en 2014 en déstockage, il est désormais bon pour l’Ehpad

Impossible, sur mes mobiles, de télécharger presque toute application ou de surfer sur le web. Quelle ne fut pas ma déception d’être exclue de ces 2 événements, en raison de ma seule connexion sur ordinateur via Ubuntu

Retour d’expérience paradoxale

Voici mon retour d’expérience en images, pour s’engager en faveur du climat en juste conscience, comme déplorer un paradoxe :

  • #MaintenantOuJamais impose WhatsApp, ce qui exige un appareil mobile (utiliser l’appli sur ordinateur est possible, à condition seulement de la combiner avec l’appli mobile). Alors qu’il s’agit de réseauter, notamment via Facebook ou Twitter utilisables sur tout support
  • #ILFAUTQUONPARLE  organisée par Make Noise : si leur application exigée fonctionne sur ordinateur, celle-ci n’est compatible que sous Windows ou Apple, pas sous Linux ou autre distribution libre. Inaccessible aussi à mon iPad – qui a pu télécharger Messenger en 2021, par exemple. Alors que l’événement propose notamment une conversation pour réduire la facture du numérique ou de multiplier les échanges en contact réel

1. Si tu n’as pas WhatsApp, tu as raté #MaintenantOuJamais

Suite à la pétition de Cyril Dion sur Avaaz en soutien à la Convention citoyenne pour le climat, je reçois vers la fin 2020 un mail m’invitant à rejoindre la campagne de sensibilisation #MaintenantOuJamais pour agir sur le débat public. Mauvaise surprise : le bouton rouge d’invitation à rejoindre WhatsApp, est-ce obligatoire ou pas ?

Notez les erreurs d’orthographe sur « WhatsApp ». Il ne s’agit pas de dénigrer la coquille ou une personne, mais de relever une erreur symbolique de l’accélération d’une époque hyperconnectée, qui empêche le temps nécessaire au travail bien fait

Je lis en effet que les groupes WhatsApp servent à organiser les prochaines actions. Ce qui me laisse supposer qu’il faut impérativement faire partie d’un groupe, pour réseauter aussi sur Facebook ou Twitter

Curieuse, je clique pour voir où ça me mène. Sait-on jamais, si je débusque un passage dérobé. J’arrive alors sur un bulletin d’inscription, je franchis quelques étapes et, à la dernière page, voilà que je trouve la paradoxale porte close que je craignais

Je fais pars de mon problème aux organisateurs, par mail et sur Facebook, ce qui restera sans réponse. Je fais donc un demi-tour, qui deviendra demi-article de blog exutoire. C’était avant de me heurter à l’autre moitié d’infortunes, relatées ci-après


2. Si tu n’as pas de smartphone Windows ou Apple, tu as raté #ILFAUTQUONPARLE

Après un an de Covid et frustrée d’événements en contact réel annulés, je décide de m’inscrire, enthousiaste, à cet événement découvert via un post Facebook de La base. Le défi : converser avec des experts de renom, multiplier les échanges avec ses proches pour sensibiliser aux enjeux climatiques et découvrir « des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique »

Capture d’écran du site https://ilfautquonparle.com (inaccessible pour raison de sécurité via Firefox) : la moitié gauche est une image (très) animée, plus énergivore qu’une image fixe

Je clique sur « Rejoindre le festival ». Et là, je découvre le problème : il est dit de télécharger l’appli Make Noise sur « mon téléphone ». Alors que plus loin, je verrai qu’il est possible de l’utiliser sur ordinateur Windows ou Apple, mais cette information n’est pas mise en évidence

De toute façon, c’est de nouveau raté, puisque je n’utilise ni Windows, ni Apple. Afin de prendre le dessus sur les sentiments d’injustice et d’exclusion qui m’envahissent, je contacte Make Noise – organisateur de l’événement – par mail et sur Facebook. Ce qui restera sans réponse, bien que je les ai invités à le faire


3. Bilan : quelle éthique ou conscience numérique guide l’action climatique ?

De tous les acteurs impliqués – organisateurs, participants, experts invités –, si nous sommes unis face à l’urgence climatique, nous divergeons sur les questions de l’inclusion de tous, du fonctionnement des outils numériques et de la sobriété énergétique

  • Inclusion : la motivation des organisateurs d’événement à inclure tout le monde. La capacité des personnes surfant principalement sur mobile, via des applications, à envisager que des gens vivent différemment
  • Fonctionnement des outils : la conception des logiciels, la connaissance des applications qui fonctionnent aussi sur ordinateur, selon Windows, Apple ou distribution libre, en version appli ou site web.
  • Sobriété énergétique : la motivation de tous les protagonistes – organisateurs, participants, experts invités –, à se réjouir des applications pour agir ou à les utiliser pour inciter à une réduction énergétique

Ces questions se sont posées à moi pour ces 2 événements. Et spécifiquement, pour chacun :

#MaintenantOuJamais ou l’occasion ratée d’inclure tout le monde

Dans une des visioconférences de la campagne accessibles sur YouTube, on peut entendre un des organisateurs affirmer que « tout le monde utilise WhatsApp » : ah bon ?

Alors qu’il existe son homologue Telegram, accessible sur tous supports, qui a par ailleurs accueilli au 1er janvier 2021 d’anciens utilisateurs de WhatsApp, désormais inaccessible sur certains smartphones

Alors, bien sûr, que WhatsApp soit utilisé pour du réseautage, cela fait sens. Mais il aurait pu être utilisé au même titre que Facebook, Twitter, Instagram : comme un des réseaux les plus populaires, laissé au choix des participants. Et une organisation mieux pensée aurait pu n’exclure personne

#ILFAUTQUONPARLE : Make Noise ou l’action climatique grâce aux technologies récentes du numérique

Contrairement à #MaintenantOuJamais qui agit sur les réseaux sociaux, l’action de Make Noise est conçue pour les seuls utilisateurs de l’application. Qu’elle invite – par réflexe ? – à télécharger sur « téléphone », laissant le doute sur la possibilité d’utiliser un ordinateur

S’il s’agit d’une entreprise qui se veut pérenne et s’il s’agit d’impacter le plus grand nombre, alors son initiative est logique : par une application esthétique et conviviale, il est possible de créer une dynamique positive et fédératrice

Mais quelle valeur de sobriété les organisateurs ont-ils à cœur de défendre ? Utilisent-ils une masse potentielle d’internautes hyperconnectés pour les encourager à réduire leur consommation numérique ? Sont-ils conscients d’exclure de leur événement l’auteure de cet article qui aurait pu partager quelques clés pour une vie plus sobre et joyeuse ?

Quant aux experts invités qui prônent la décroissance, ont-ils à gérer un conflit de valeurs ?

S’engager en écocitoyen éclairé

La question de choisir en conscience son engagement dans une action climatique se pose alors, en fonction de ses priorités : agir en masse, qu’importe si des contributeurs inspirants sont exclus ou que des smartphones récents sont demandés ? L’essentiel est bien de s’engager en conscience, pourvu que nos écosystèmes en récoltent, malgré tout, le bénéfice